Vampire, picture from http://tenebres.chez.tiscali.fr/

Nombre de paragraphes : 350


Voici un volume où les objectifs du héros sont flous et changent au fur et à mesure de l'aventure. Pour simplifier, dans ce livre, vous n'avez qu'une chose à faire : avancer et essayer de vous tirer au mieux de ce qui vous tombe dessus. Je trouve, mais c'est personnel et donc subjectif, que l'évolution de la menace est exagérée et souffre d'un manque de crédibilité. On passe en effet de l'inquiétude liée au sort d'un convoi disparu à la perspective de devoir empêcher la fin du monde, à peu près. Et, bien sûr, le héros est le seul à pouvoir s'en charger. C'est même tellement vrai que l'auteur juge bon de faire disparaître à peu près tous ceux qui accompagnent Loup Solitaire. L'ambiance est assez opressante, et colle bien au scénario, sur ce sujet, rien à dire, on sent clairement que la vie du Maître Kaï ne tient pas à grand chose. En revanche, les personnages me semblent plus ternes, passifs voire décoratifs que dans les tomes précédents.

Dans cette aventure, on commence à percevoir un gros souci d'équilibre entre les lecteurs novices et les lecteurs expérimentés. En effet, outre l'avantage lié à la maîtrise de plus de disciplines, les possesseurs du glaive de Sommer peuvent se sortir d'à peu près tous les combats, surtout s'ils ont découvrt dans le volume précédent casque et potion d'alether. Un personnage neuf, dans ce volume, a peu de chances de survivre avec une habileté de 10 ou 11. D'autre part, même avec une habileté plus forte mais pas des plus hautes, c'est à dire entre 12 et 16, la survie du personnage à la confrontation finale dépendra de la découverte d'un objet particulier, découverte liée à un jet de dés. Ceci peut engendrer une certaine frustration pour qui veut vivre cette aventure sans avoir vécu les précédentes. Je me permets de suggérer au lecteur novice le conseil suivant : Loup Solitaire est une série qui vaut par sa continuité et par l'expérience engrangée et, pour l'apprécier, il convient de commencer par le premier tome. Autrement, on s'expose à pas mal de frustration, si on veut jouer selon les règles.

Ceci étant, c'est une aventure très agréable, avec beaucoup de liberté d'action et de choix, et, si certaines situations sont délicates, il y a toujours moyen de s'en sortir, avec un peu de chance et un choix judicieux de disciplines. Joe Dever laisse beaucoup de liberté à son personnage dans ce volume et l'exploration, si elle est périlleuse, reste assez gratifiante, ce qui en fait une aventure agréable à lire et à relire.


Erratum (impression du 20 juin 1988)
296 : supprimer "Si vous disposez d'un flacon d'eau bénite, rendez-vous au 283."


Revenir à la page précédente.