Vampire, picture from http://tenebres.chez.tiscali.fr/

Nombre de paragraphes : 460


Scénario, ambiance et narration excellents, du très très grand art. Steve Jackson n'a rien laissé au hasard, pas un PNJ n'est dans ce livre pour rien, tout se tient, jusqu'à la fameuse créature que l'on incarne. L'immersion dans l'univers est totale, on sent qu'on incarne un monstre qui ne maîtrise rien et qui peut se faire tuer au moindre détour, plus on avance et plus c'est flippant. Ce livre nécessitera des heures d'acharnement et de patience, il est à réserver aux lecteurs très chevronnés n'ayant pas peur du "One-True-Path" ultime. La frustration va aller grandissant au fur et à mesure des tentatives, tellement les fausses pistes sont nombreuses et bien amenées, et tellement ce livre regorge de références cachées. Il est très difficile de cerner ce qu'il faut faire et une grande vigilance lors de la lecture s'impose, même certaines des (superbes) illustrations doivent être regardées attentivement, le souci du détail a vraiment été poussé très loin. Vous pouvez passer plusieurs tentatives à mener à bien une sous-quête qui se révèle au final un leurre total. Steve Jackson est tellement retors que certains de ses pièges sont à double détente : à la première tentative, vous vous faites avoir, à la seconde, vous passez bien au large de l'ennemi mortel sans vous rendre compte que vous ratez ainsi un indice ou un objet indispensable. Vous pousserez un grand ouf de délivrance lorsque vous atteindrez enfin le dernier paragraphe de ce monstre. Ce livre est inclassable mais malgré mon admiration pour cette œuvre si bien construite, je ne peux pas lui décerner une note au-dessus de la moyenne, tellement la jouabilité frise le zéro absolu, car en plus d'une tolérance quasi nulle en terme de choix, ce livre est parsemé de tests mortels sur le chemin de la victoire.


Revenir à la page précédente.