Vampire, picture from http://tenebres.chez.tiscali.fr/

Nombre de paragraphes : 400


Il s'agit là d'un "dungeon crawling" à la Livingstone, il change juste le décor. Ici, c'est un décor à la "saharienne", avec sorcier qui veut dominer le monde en commençant par le Sahara, bien sûr.

Donc, vous allez devoir trouver les bons objets et laisser les mauvais, ouvrir les bonnes portes et ne pas ouvrir les mauvaises, prendre une décision cruciale dès le départ sinon game over. C'est globalement très linéaire. A part ça, je n'ai rien contre les 2-3 questions d'usage pour vérifier que le lecteur lit les paragraphes, mais c'est amené de façon tellement artificielle que mes dents grincent.

Je dois dire tout de même que ce n'est pas ce que Livingstone a fait de pire dans son genre, mais je n'adhère pas, et en plus, j'ai l'impression de relire ses précédents tomes tellement le design et le gameplay sont clonés.

Comment dire ? Le "game design" est paresseux et beaucoup trop visible, ça me fait l'effet d'un film amateur avec en plus un scénario bateau. On n'est pas un personnage qui vit une aventure, on reste au niveau du joueur qui se bat contre un maître du jeu sadique dans une parodie de prétendu jeu de rôles. Je crois que Livingstone ne visait pas au-dessus des 10 ans pour son lectorat, et c'est insulter l'intelligence des élèves de primaire.

Je ne parle pas de l'équilibre du perso. 10 minimum un habileté pour survivre, donc la moitié de vos persos sont déjà morts dès le départ, et je ne compte pas les situations où la chance intervient. Envoyez donc vos faiblards faire toutes les idioties inimaginables, histoire de repérer les pièges pour les suivants, ils ont à peu près l'espérance de vie d'un punk dans Ken le survivant, où d'un C-Rex lorsque X-Or sort sa lasérolame.

Bien sûr, une fois gagné, on peut le ranger, la "replay value" est faible. Par ailleurs, je trouve les illustrations laides, et pourtant que je ne suis pas bégueule sur le sujet en général.

C'est globalement médiocre à mon avis, avec un manque d'ambition criant, l'auteur commence à rabâcher ses gammes sans se renouveler. Du potentiel, oui, mais beaucoup de flemme dans le design et d'insuffisance dans le gameplay, le tout pas soutenu par une ambiance, un scénario qui pourrait compenser. En guise de terreur, il s'agit là d'un épouvantail mal habillé.


Revenir à la page précédente.